Un poème d'Edelweiss

La brise ondulante caresse les blés,
Animant de son souffle chaud et brûlant,
La terre par l'homme ensemencée.

Et puis tout à coup déchaînées,
Les vagues agitées par ce chant,
S'hérissent et chancellent,
Jusqu'à ne plus savoir d'où vient le vent.

Désiré, le soleil revient, dardant de ses éclisses,
Les blés murs envoûtés, par la vie insufflée.

Ensemble nous traverserons ce champs,
Dans le froid, dans la neige dans la brise,
Nous emprunterons les mêmes sentiers.

Tu seras mes yeux, je serai ta parole,
Pour que cet océan s'agite encore dans le vent,
Et qu'il reste dans la mémoire de ceux qui n'ont plus l'espoir :

 

"d'un coeur" pour l'humanité.

 

 Poème d'Edelweiss

 



02/07/2006
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres